Blog Notes
KHALIFA SALL : LA CAUTION DE L’INCOMPÉTENCE
Le député-maire de Dakar Khalifa Sall, serait peut-être prêt à payer une caution pour être libéré. Le député-maire de Dakar Khalifa Sall, serait peut-être prêt à payer une caution pour être libéré.

Décidément les avocats du maire de Dakar brillent par leur incompétence. Après avoir refusé mordicus de déposer une caution pour solliciter la libération de leur client ; ils finissent par s’y résoudre maintenant. À la 25ème heure !

S’ils l’avaient fait dès le début et si elle avait été acceptée(cela fait deux « si ») Khalifa Sall aurait mené lui-même sa campagne des législatives et plaidé en direct sa cause auprès des populations. À défaut de convaincre les juges, il aurait profité d’une formidable opportunité de prise de parole publique.

cMais ces avocats peu inspirés l’ont piégé et ont multiplié des démarches vaines pour le faire libérer. Ils ont, à chaque fois, échoué devant toutes les juridictions saisies. Parce que le dossier est solide et les déclarations de Khalifa Sall lui-même, l’ont enfoncé : « cela se faisait depuis Lamine Gueye » n’est pas une ligne de défense crédible. D’ailleurs ses avocats auraient dû lui conseiller de ne pas dire une telle énormité. Comme ils sont incompétents !

Aujourd’hui ils(les avocats) acceptent ce qu’ils avaient toujours considéré « comme un aveu de culpabilité » à savoir le dépôt de caution. Pourquoi alors le faire ? Quelles sont les ressources qui vont être mobilisées pour le faire ? Seront-elles acceptées par le parquet et les juges ? N’est-il pas déjà trop tard au vu de l’état d’avancement du dossier après la levée de l’immunité parlementaire de Khalifa Sall et des démarches judiciaires logiques en cours pour la tenue du procès ?

Le choix de verser une caution dans ce contexte est comme un ultime coup de billard de la part d’avocats déboussolés. Mais qui savent bien que le dossier contre leur client est solide et qu’ils ont peu d’arguments pour défendre le maire de Dakar.

En vérité ils continuent de jouer le « plaider-presse » en faisant le « buzz » pour faire la « une » des médias. Ils oublient l’essentiel à savoir le fond de l’affaire : un détournement présumé de deniers publics qui est un acte criminel d’une rare gravité. Caution ou pas, c’est le procès qui sera déterminant et il devrait être imminent.

Les avocats de Khalifa Sall l’ont eu tout faux depuis le début de cette affaire. Leur client n’a pas eu la main heureuse en les choisissant pour sa défense.

Date 05/12/2017