Rwanda

L’ancien président français, Nicolas Sarkozy a plutôt la cote auprès de l’actuel leader Rwandais, Paul Kagamé. En visite à Kigali, en compagnie de Cyrille Bolloré, l’ancien locataire de l’Elysée a été reçu par le président lundi dernier. Annoncée officiellement par le cabinet du chef d’Etat Rwandais, cette visite était de vocation purement économique selon plusieurs sources médiatiques.

L’ancien président français, Nicolas Sarkozy a plutôt la cote auprès de l’actuel leader Rwandais, Paul Kagamé. En visite à Kigali, en compagnie de Cyrille Bolloré, l’ancien locataire de l’Elysée a été reçu par le président lundi dernier. Annoncée officiellement par le cabinet du chef d’Etat Rwandais, cette visite était de vocation purement économique selon plusieurs sources médiatiques.

Multipliant les rencontres sur place, M.Sarkozy qui se trouvait à la tête d’une importante délégation d'hommes d'affaires français en visite de prospection au Rwanda, s’est entretenu avec les responsables de l’Agence rwandaise de développement sur les opportunités d’investissements dans divers secteurs. Dans le même sens, l’ancien chef d’Etat français a visité également le Rwanda Development Board (RDB), l'agence en charge de la promotion des investissements dans le pays.

Intervenant dans un climat de relations toujours tendues entre les deux pays, cette visite s’est donc focalisée sur l’aspect économique pour éviter les complications. Jouissant d’un grand capital sympathie auprès du président Rwandais, Nicolas Sarkozy a été, rappelons-le, le premier président français à faire le déplacement à Kigali depuis le génocide de 1994. En effet, à l’époque de son passage à l’Elysée, Sarkozy s’est rendu à Kigali en février 2010 dans le cadre d’une visite officielle durant laquelle il avait reconnu «des erreurs de jugement» qui ont été « peut-être » commises par les responsables français à l'époque du génocide perpétré contre les Tutsi.

Date 17/01/2018