Blog Notes
LE TEMPS DES TARTUFFE
Moustapha Sy, le fils du défunt khalife général des Tidianes,  Al Makhtoum, a encore fait des révélations. Moustapha Sy, le fils du défunt khalife général des Tidianes, Al Makhtoum, a encore fait des révélations.

Le fils de marabout et lui-même « marabout autoproclamé » Moustapha Sy a fait une sortie tellement grossière qu'elle pousse à s’interroger sur sa santé mentale. Il affirme avoir fait chuter nombre de chefs d’Etat par ses « prières magiques » dont l’ex-président sénégalais Abdou Diouf.

Cette seule affirmation suffit pour classer le personnage dans la catégorie des éclopés psychiatriques. Pourquoi ? Parce que Abdou Diouf l’avait fait arrêter et emprisonner. Et, à l’époque Moustapha Sy n’avait usé d’aucuns des dons magiques qu’il s’attribue aujourd’hui. D’ailleurs il n'y a pas longtemps, il avait déclaré avoir marié « la fille de Abdou Diouf ». Il avait pris ses désirs pour la réalité car sa déclaration était totalement fausse. Assurément le personnage a une fêlure quelque part.

Pourquoi n’avait-il pas fait partir Abdou Diouf alors ? Pourquoi ne se fait-il pas élire président du Sénégal ou des USA, ou de la banque mondiale, ou khalife des tidjanes ?

Les dérives verbales du personnage ont commencé depuis longtemps. Il s’exonère de toute logique et de toute analyse rationnelle pour faire boire ses paroles outrancières à des auditoires tétanisés par l’obscurantisme. C’est son fonds de commerce et il essaie à la veille de toute bataille électorale de jouer du chantage et, de la démagogie. En ne reculant devant rien. Le ridicule est son compagnon de route et la honte a déserté son esprit torturé.

Il est plus facile d’oublier les propos d’un personnage aussi sinistre que d’y chercher une quelconque signification autre que : « retenez moi ou je fais un malheur ». En vérité c’est un Tartuffe qui a été démasqué depuis longtemps. Son carburant c’est le chantage et son arme le verbiage maraboutique.

Son discours incohérent et lamentable à tout point de vue cible les ignorants et ceux qui se vautrent dans la saleté de la méchanceté et de la lâcheté. Ceux-là qui n’osent pas insulter et qui sont contents que d’autres le fassent à leur place. Moustapha Sy en veut au président Macky Sall sans raison avouable. Il lui adresse des menaces de « prières magiques ». Mais pourquoi le crier sur la place publique ? Pour recevoir une obole ? La démarche est indigne d’« fils de sokhna » qu’il est, membre d’une famille éminente. Mais il y a partout des brebis galeuses.

Moustapha Sy ne fait plus rire personne. Il doit être combattu et « remis à sa place ». Comme beaucoup de personnalités sénégalaises ont commencé à le faire. Il n’est ni au-dessus des lois, encore moins une référence.

L’ultime combat est de libérer les ignorants de l’obscurantisme en favorisant l’éducation. Comme l’Islam le préconise. Des Tartuffe comme Moustapha Sy profitent de l’illettrisme des uns et de la naïveté des autres. Il est grand temps de lui faire savoir qu’il est démasqué.

Un autre Tartuffe est Thierno Alassane Sall, ancien ministre de l’énergie limogé qui, depuis, voue une haine aux membres du régime en place. Il se croit sorti de la cuisse de Jupiter et serait « l’homme le plus intègre, le plus patriote » etc. Pourquoi diable n’a-t-il pas parlé avant et dénoncé tout ce qu’il met en exergue aujourd’hui ?

Frustré et aigri, de retour d’un voyage décevant au Fouta, Thierno Alassane Sall est dans le désarroi. Il est aussi dans le déni et la fuite en avant. Depuis qu’il a été limogé du gouvernement, « tout y est pourri » ? Avant tout était parfait ? Qui va lui donner le bon Dieu sans confession ? Personne !

Ce personnage est aussi atteint que Moustapha Sy. Il se croit détenteur de la « vérité absolue ». Et c’est en cela qu’il est dangereux et doit être classé avec les éclopés psychiatriques. Le problème est que des médias complices leur tend des micros et les laisse déverser des torrents de mensonges bien habillés de verbiage indigeste. Sans esprit critique aucun ? Parce que beaucoup de ces journalistes sont aussi haineux qu’eux.

La démocratie ne peut prospérer dans les délires verbaux. Il faut faire face aux Tartuffe d’où qu’ils viennent.

Date 03/12/2017